Konono n°1 : Manager Musique africaine Ile-de-France - Val-d'Oise (95)

Pays : France
Région : Ile-de-France
Département : Val-d'Oise (95)

Date de création : 2018

Nombre de visites : 30

Mise à jour : 05-06-2018

Voir le propriétaire de cette fiche

Konono n°1

0

Manager Musique africaine

Konono n°1 existe depuis la fin des années 1960, fondé par Mingiedi Mawangu virtoise de likembé, connu sous le nom de Sanza et parfois dénommé piano à  pouce, composé de lamelle métallique fixé à  une caisse de résonance. Le groupe se compose de trois likembés électriques (médiuum,aigu,basse).

Le groupe Konono n°1 fut fondé en 1960 par Mingiedi Mawangu joueur de Likembé(piano à  pouces) sous le nom d'orchestre folklorique tout puissant de Mingiedi. Le groupe joue avec likembé et percussions des musiques de transe du peuple bazombo. Un groupe ethnique à  cheval sur l'Angola et l'ancien Congo belge, qui compte une forte communauté dans la capitale du pays indépendant depuis 1960.Après la campagne d'authenticité qui bannit les influences étrangères, les groupes de rumba, musique d'origine caraà¯bes se mettent aux rythmes traditionnels mais avec des instruments électriques, ce qui influence Mingiedi qui constate en outre que, pour communiquer avec les esprits, une des fonction de sa musique, il doit jouer plus fort, afin de surmonter le bruit incessant de la jungle des villes. Ils commencent à  électrifier les likembés de façon artisanale avec ce qui lui tombe sous la main et amplifie sa musique avec d'antiques et énormes haut-parleurs remontant au temps des colons.Mingiendi Mawangu, le fondateur du groupe à  cesser de tourner avec Konono n01 vers 2009,confiant les rênes de la formation à  son fils Augustin Makuntima Mawangu lui-même excellent joueur de likembé solo, qui développe encore davantage le son du piano à  pouce électrifié par l'adjonction de diverses pédales d'effets. Mingiedi Mawangu meurt le 15/04/2015, à  l'âge de 85 ans. Son fils Augustin Makuntima Mawangu à  son tours est mort le 13/10/2017 confiant de nouveau les rênes de la formation à  son fils Makondambuta Bachelieu.